Cristal et petit V : Master en impression 3D

Quand nous avons reçu les pièces originales, il a fallu prendre une décision : Rénover ces pièces ou les reproduire à l’identique. Comme le segment était en assez mauvais état nous avons penché pour la copie. Quentin a d’ailleurs tenté de prendre des mesures sur les originaux sans succès car ils ne sont pas vraiment symétriques.

En dehors de la collerette nous n’avons en réalité copié aucune pièce du segment reçu à ce moment là. Tout le reste est construit à partir d’autres copies et des mesures que nous avons faites. Comme pour le bas du frontpanel par exemple.

img_1435

Afin de reproduire ces pièces nous avons choisi l’impression 3D.

C’est Bertrand, qui travaille chez Perspectives, qui à eu comme tâche de travailler sur ces éléments de la porte.

Note : Perspectives est une entreprise spécialisée dans l’impression 3D située dans le nord de la France.

Bertrand Témoigne :

Recréer le cristal et le V par impression 3D a demandé plusieurs étapes de conception.

Avant de pouvoir imprimer notre objet, il nous fallait avant tout avoir un fichier 3D.

Pour créer le fichier le plus précis possible, le chevron a d’abord été scanné en 3D grâce à un scanner professionnel.

img_1421 img_1426

Le scan 3D ne permet pas d’avoir un fichier parfait pour l’impression, mais permet une prise de
mesures très précise.

img_1422 img_1420

A partir de ce scan j’ai pu réaliser un fichier 3D en tout point identique au vrai chevron, ou plutôt à son état d’origine sans défauts.

La technique de CAO 3D utilisée pour réaliser un fichier à partir d’un scan se nomme rétro-conception.

Une fois le fichier créé, nous avons pu l’imprimer.

img_1440 img_1439

Le fichier étant toutefois trop grand pour nos imprimantes. j’ai donc dû découper le fichier en plusieurs morceaux et donc plusieurs fichiers. Au total, 19 morceaux auront été imprimés sur une durée de 80 heures.

img_1443 img_1455

Les différents fichiers ont été imprimés en dépôt de fil, technique d’impression basée sur la dépose
de plastique fondu (ABS). Cette technique à l’avantage de ne pas coûter très cher et les pièces imprimées sont assez solides et légères. Ci dessous un exemple de la structure en nid d’abeille à l’intérieur de chaque pièce :

img_8641

Une fois tous les morceaux imprimés, je les assemblés par soudure à froid avec de l’acétone.
(attention aux doigts !)

img_1451 img_1464

Du mastique à été apposé sur les 2 pièces du chevron puis poncé à plusieurs reprises
pour faire disparaître les raccords.

img_1453 img_1465

Le ponçage s’est fait de façon progressive avec du papier abrasif de plus en plus fin.

La reproduction du cristal et du V à demandé de nombreuses heures de travail au niveau
conception et surtout au niveau finition.

img_1454 img_1461
img_1474
img_1469 img_1477

Les deux modèles ainsi que les originaux ont ensuite été renvoyés chez Quentin pour qu’il puisse les mouler (lien à venir). À noter que le transport à été mouvementé (lien à venir).

Publicités

Chevron 1.0 done !

Youpi ! J’ai enfin pu prendre le temps de terminer notre première version de chevron. Je vais donc pouvoir vous faire ici un article complet sur sa création et les différentes techniques utilisées.

Lire la suite

Liste des travaux à faire

Envie de nous aider ? On doit encore faire plein de choses, donc n’hésitez pas à voir si l’une d’elle vous correspond où si vous avez des sources utiles.

Nous vous avons mis à disposition un fichier pdf contenant le reste des travaux à faire : Fichier pdf

Vous pouvez également retrouver ce fichier et les aides nécessaires au projet dans le menu « Connaissances Techniques »

Premiers tirages : les enfants du Backpanel

Bonjour avec le soleil qui revient !

J’espère que tout le monde va bien et que vous survivez à la fin de l’année « scolaire » (examens, échéances, agenda archibourré, etc).

Voici un nouvel article pour vous raconter nos deux premiers tirages de backpanel + le petit tirage du bas de la pièce. Quelques photos, nos résultats, observations, tentatives et solutions ; je vous souhaite une bonne lecture. =)

Musique dramatique

Tout commença il y a un peu plus d’un mois, alors que la pluie et le froid de mai battaient leur plein. Pendant que toutes les personnes saintes d’esprit se noyaient entre couvertures, pantoufles et boissons chaudes, nous montions à Choulex une tente au milieu du jardin, et, sous un vent perfide qui tourmentait bâche et ficelles, déménagions tout le matériel de la chambre de Quentin dans cet abri de fortune.

Musique épique

Mais notre labeur a porté ses fruits ! Et après avoir organisé, doodlé et spammé pendant des semaines, une première équipe de motivés s’est retrouvé un week-end pour LE premier moulage. Un grand merci à Yannick, Paola, Florian, et l’ami de Florian pour la caméra. Pour le deuxième, il y a eu Loïc, JC, Yoan et Yannick (un jour, Yannick toujours). Merci encore à eux !

Vous pouvez éteindre la musique

Je vais préciser qu’être 5 personnes est vraiment le minimum syndical pour être efficace, soit enchaîner rapidement pour que les couches n’aient pas le temps de sécher totalement (car elles sèchent vite !). Il faut toujours qu’elles soient partiellement collantes/humides pour bien adhérer les unes aux autres. Quant à être plus de 5, c’est vraiment le luxe, car on peut alors relever la tête des vapeurs toxiques et s’étirer pour ne pas se casser le dos et la nuque d’être plié en deux sans arrêt.

Après avoir nettoyé le moule en silicone et préparé la matériel, Quentin nous a briefés. Il a aussi avertit qu’une fois lancé, ça allait être non-stop pendant au moins 2h.

Premier mélange : gel coat et colorant noir (couleur de base d’un segment). On l’étale avec de moyens pinceaux afin de mettre le gel dans chaque interstice. Après une attente d’environ 15 minutes pour que le gel colle encore mais ne reste plus sur les doigts, on passe à la résine et à la fibre de verre. Il est important :

163577_10201016814601918_1714466852_n  Premier backpanel: trop de colorant noir

  • De ne pas mettre trop de colorant noir. La pièce sera sinon trop foncée.
  • De bien mélanger le gel au colorant pour éviter une première couche avec des endroits plus clairs que le reste.
  • Faire particulièrement attention aux bulles que peut créer le gel coat, et s’assurer que tous les reliefs et interstices soient remplis.

II4A1680   Premier backpanel: les reliefs des longueurs du milieu sont tout craquelés et imprécis.

N.B utiliser un cure-dent sur le 2ème backpanel s’est avéré positif pour minimiser les bulles.

IMG_5837 Deuxième backpanel: bulles (mais moins quand même)

On coupe le tissu de verre au préalable, on mélange dans d’autres bols la résine + thixo, on touille bien et c’est parti pour un tapotage au pinceau imbibé de ce mélange. Il faut tapoter (et non étaler) sur le tissu pour le « mouiller » et le coller au gel coat. Le mélange des produits transforme le tissu en une sorte de papette filamenteuse. Le fait de frotter est justement ce qui crée le plus de plis et de bulles.

IMG_5848

Nous avons commencé du côté gauche de la pièce et avons avancé au fur et à mesure. Être méthodique permet de ne pas oublier de zone et de recommencer directement avec une deuxième couche une fois à l’autre bout, car le début est sec. Attention: cela veut dire qu’il y a deux couches de tissu de verre à faire ! Il est vraiment conseillé d’avoir coupé au préalable tout ce tissu de verre afin d’éviter le « ah merde, j’ai oublié de couper la suite », le pinceau qu’on jette n’importe où (dans le gravier par exemple) et se rue dans la maison avec les ciseaux (expérience vécue).

Le tissu de verre, qu’il soit coupé en bandes moyennes ou en petites (c’est quand même plus simple avec des petites) ne se pose jamais bien sur les reliefs de la pièce. On a ainsi vite expérimenté que donner des coups de cutter autour des bosses réduit de beaucoup la quantité de bulles. Notez que le cutter/paire de ciseaux utilisé(e) pour cela sera mort(e) à la fin. Cependant, si vous le faites tremper dans du white spirit directement après avoir terminé, sa durée de vie pourrait possiblement s’allonger jusqu’au prochain moulage. C’est entre autres l’intérêt d’être plusieurs, une personne peut se concentrer uniquement sur l’ouvrage « coup d’ciseau », pendant que les autres jouent du bol et du pinceau.

II4A1659

Une fois les deux couches faites, on laisse sécher (minimum une heure avant de pouvoir démouler).

Ayant constaté que le premier backpanel s’était légèrement tordu en finissant de sécher hors du silicone, on a décidé de laisser le deuxième dedans pendant une semaine. C’était assez concluant. Par contre, le démoulage a été difficile. Du fait que la pièce était totalement rigide, il fallait faire très attention à ne pas déchirer le silicone.

408471_10201016800441564_646436823_n   IMG_5853

Premier et deuxième backpanel après leur sortie du placenta en silicone

De loin, ils sont beaux, ils sont grands, on les aime ! De près…Quentin râle. (Bon, on sait, il est perfectionniste, chuuut). Voilà la raison en images de son léger mécontentement :

1) Des sortes de tâches. Elles doivent provenir initialement du moulage en silicone, mais avec la peinture, elles ne se verront certainement plus.

IMG_5842

2) Les casses dans les angles, particulièrement sur les petits carrés. Ce n’est malheureusement pas du tout rattrapable. Avant le moulage en silicone, j’avais fait l’insupportable travail de précision de les boucher tous avec de la plastiline (taillée dans la continuité de la forme en plus, si ça c’est pas de l’amour du travail bien fait) mais rien n’a tenu (sniff).

IMG_5836

3) Des espèces de masse noir. Il s’agit de bulles dans le silicone lui-même que nous n’avons pas vues lors du moulage. Heureusement, ces masses s’enlèvent très facilement à la fraiseuse.

IMG_5841   IMG_5839IMG_5838

Quant au bas de la pièce – certains ont déjà pu voir les photos sur le groupe facebook ou dans l’article précédant- elle a été faite par Quentin et moi-même le weekend avant le deuxième backpanel. On voulait tester différentes choses comme: travailler avec de plus petites bandes de tissu de verre, voir comment se perfectionner pour ne pas faire de bulle, etc.

Le résultat a été sympa, même s’il y a quand même eu de grosses bulles internes. On garde pour le moment cette pièce comme morceau d’entraînement. Elle a en effet complètement gondolé en une semaine, du fait qu’on avait coupé les bords, qu’elle était très légère et pas totalement sèche. On a déjà testé des ombres en peinture, limer les bords à la fraiseuse, et prochainement ça sera boucher les trous à la résine + mastique.

247184_10200974286458741_429502701_n     922077_10200977756985502_1955122557_o

Donc voilà, c’était vraiment un gros travail, mais on ne doit plus que le refaire…7 fois ! (argg)

Il faut d’ailleurs recommander du matériel (et hop, 2000 balles de plus !). Mais cette fois, plutôt que d’utiliser du tissu de verre, on va prendre de la mat (poudre) de verre pour la première couche (après le gel coat). Ça permettra d’être plus précis. Parce qu’utiliser des ciseau, c’est rigolo, mais ça ne donne pas un résultat génial.

Autrement, nous pesons actuellement le pour et le contre de faire une 3ème couche de résine (= coup supplémentaire) du fait de la légèreté des deux premiers backpanels. Ils en deviennent presque trop souples.

On vous tient au courant comme d’hab. 😉

Une bonne fin de semaine !

IMG_20130526_165305 P.S. Comme je suis une fille, c’est toujours moi qui doit poser pour les photos

WIP : Moulage

Sujet susceptible d’être modifié dans les prochains jours, vous aurez entre autre pleins de photos !

Vendredi 19 Avril.
Après avoir terminé ma semaine de travail au Théâtre à Lausanne, je prend le train pour Genève et retourne à la campagne, chez moi, c’est aussi accessoirement l’atelier des Enfants de MacGyver étant donné que personne ne nous a vraiment proposé d’autre endroit dédié pour que l’on y travaille..

J’ai à peine le temps de me reposer que déjà je dois me rendre une nouvelle fois à la gare pour y accueillir Julien, un amateur du Projet SG venu tout droit de Amiens en France pour nous aider pendant ce week-end. Pendant notre déplacement Julien découvre les différences culturelles, politiques et pratiques entre la France et la Suisse.

C’est autour d’un barbecue que l’on retrouve une autre partie de l’équipe : Cyrielle, Thibault, Benjamin ainsi qu’Alex qui nous soutient moralement et est tout excité par le projet mais qui ne pourra pas nous aider cette fois-ci par faute de temps. Il nous rassure toutefois, dés que la porte sera terminée il fera partie intégrante de l’équipe de création d’un méga jeu de rôle grandeur nature autour de notre série préférée.

Fin de soirée tranquille autour d’une bière, on retrouve Clément au bar, mais ce soir on ne fera pas la fête, demain on a moulage de Stargate™ !

Samedi 20 Avril.

Réveil avec peine pour moi Julien et Clément qui ont dormi sur place étant donné que j’accueille les gens qui travaillent pour le week-end. On a pas fait la fête, mais on a discuté un bon moment du projet tous ensembles. C’est un coup de sonnette de la part de Cyrielle qui nous sort du lit. C’est vrai, j’avais donné rendez-vous à 7h pour que tout le monde soit là à 8h au moins.

Petit déjeuner, attente, j’en profite pour créer un compte twitter pour l’association (@EMG_Sg11) histoire de raconter un peu le moulage en temps réel. Malheureusement ne connaissant pas bien cet outil et étant donné que tout est allé très vite je n’ai pas vraiment eu le temps de m’en servir.

Le reste de l’équipe, citée plus haut, nous rejoint ensuite avec un peu de retard, mais aussi avec des croissants. On monte donc dans ma chambre (l’atelier au deuxième étage) Thibault prépare deux appareils photos histoire de filmer et de… prendre des photos. Une chance que j’aie créé il y a quelques moins un petit traveling, ça peut toujours être utile.

IMG_5697

Nous en profitons pour amener tout le nécessaire pour le moulage, toujours entreposé plus bas dans le garage depuis qu’on l’a reçus par la poste. Nous avons donc devant nous :

  • Une table sur trépieds pour pouvoir la déplacer.
  • Un morceau de SG préparé par nos soins (délimité par de la plastiline afin que le silicone ne s’écoule pas vers l’intérieur).
  • Un pot de vaseline (servant comme agent démoulant).
  • Une vingtaine de pinceaux.
  • Des gants.
  • Des masques contre les gaz nocifs.
  • Tout un tas d’autres choses qui seront cités plus bas.

Note : Portez toujours des gants, les produits utilisés ici peuvent être corrosifs et ça vous évitera aussi de passer des heures à vous laver les mains. Le masque est indispensable étant donné que même si notre silicone ne sent pas énormément, il peut dégager dans l’air des gaz nocifs, qui à forte exposition pourraient nous rendre malades.

IMG_5618

Le matériel mit en place, je commence par un rapide briefing de comment devrait se passer le moulage. En me basant sur ce petit dessin fait dans le train le jour d’avant :

MoulageMAS

IMG_5679

Et il est donc temps d’attaquer !

Première chose à faire, on passe de la vaseline tout le long de la table pour éviter que le moule ne colle, on nous a dit que c’était inutile sur la pièce elle-même étant donné la nature démoulante du silicone.

Capture d’écran 2013-05-07 à 19.26.06

Suite des opérations, on a devant nous pour réaliser ce moule par estampage :

  • Encore des pinceaux.
  • Des spatules en bois (comme chez le médecin).
  • Des bols en plastique réutilisables.
  • Deux bidons de 20Kg de Silicone.
  • Deux bouteilles de 1Kg de catalyseur pour le silicone.
  • Trois petits pots de colorant pour le silicone.
  • 1Kg (c’était bien trop) d’agent thixotropant pour le silicone.

Première couche de silicone donc, on mélange notre RTV 3325 (silicone) à nos 5% de catalyseur et on l’étale sur la pièce tout en faisant attention de ne rien abîmer, toute la plastiline qui se trouve dessus pourrait s’enlever facilement et ça créerait quelques trous dans nos pièces futures. On se relaie pour s’aider les uns les autres à verser depuis le gros bidon dans les bols.

IMG_5732

Le Backpanel devient petit à petit tout blanc, on ne voit plus que les arrêtes qui dépassent sous la couche de 1mm d’épaisseur.

Capture d’écran 2013-05-07 à 19.33.01

Le silicone étant bien liquide on a pas jugé utile de le mélanger à du diluant (sur conseil du vendeur qui nous disait que ça ne ferait que le rendre plus fragile) pourtant les coups de pinceaux amateurs feront apparaître quelques traces et quelques bulles que l’on découvrira plus tard sur le moule. Mais ce n’est pas grave, l’important c’est de faire au mieux selon nos capacités.

Capture d’écran 2013-05-07 à 19.34.37

Il est déjà 12h. Les pinceaux sont laissés de côté, théoriquement on pourrait les laver à l’acétone mais on en a pas et ils coûtent 0.60€ chacun. On essaye tant bien que mal de laver nos 10 bols avec des produits non nocifs pour la nature, mais il faut avouer que ça marche mieux à l’acétone. On attend que le moule gel, c’est à dire que le silicone soit encore collant mais ne reste pas sur les doigts, cela prend un bon bout de temps, le temps de se reposer un peu et de parler de la suite, on mange on bon repas préparé par la maîtresse de maison, c’est à dire ma maman qui soutien beaucoup le projet autant moralement que financièrement que activement.

16h : Deuxième couche, cette fois-ci on mélange le silicone à du cata et en plus de l’agent Thixotropant qui le rendra plus dense, on met quelques gouttes de colorant aussi histoire de savoir où nous sommes passé avec notre deuxième couche. Il ne faut mettre qu’une pointe de pinceau de Thixo dans notre mélange pour le durcir, certain se retrouvent donc avec une pâte très dense et d’autre beaucoup moins. Difficile d’être précis avec des petites quantités, mais impossible de faire autrement. On étale qqch comme 4mm partout sur le moule. On en profite pour incorporer nos clefs de registre que l’on a vu dans l’article précédent, mais en les déposant délicatement dessus, sans appuyer pour ne pas marquer le moule. On commence à travailler plus sur les quelques creux et contreforts que l’on pourrait trouver sur le moule.

Capture d’écran 2013-05-07 à 19.35.43

On attend une nouvelle fois, avec le Thixo le moule devrait geler plus vite. Le temps pour Thibault d’aller acheter du tartare de cheval bœuf pour son anniversaire qui a lieu le soir même.

Troisième couche, Thibault est parti, Clément, lui, fera de même dans les quelques heures qui suivent histoire de ne pas rater le début de l’anniversaire. On restera à trois pour finir cette couche avec une grande envie de tartare. Cette couche est la même que la précédente, mais sans colorant pour, la différence de couleur nous informant une nouvelle fois sur l’emplacement et la répartition de notre silicone. On met un peu plus de Thixo histoire que notre silicone soit bien épais et on l’applique à la spatule.

IMG_5710

Attention, il faut bien prendre vos clefs dans cette couche, elle tiennent quand même si ce n’est pas le cas, mais moins bien. Plus cette couche est lisse et plus ce sera facile pour la suite, on repasse donc quand même avec du silicone non thixotropé pour aplanir un peu tout ça.

IMG_5790

Dernière couche de sili+thixo pour boucher les gros creux et contreforts qui resteraient et on a finit, direction l’anniversaire de Thibault (on ne pouvait pas trop abandonner le moule avant, même si on aurait bien voulu pouvoir partir avec Clément…), Cyrielle conduit et on espère que les vapeurs de silicone ne lui sont pas trop montées à la tête.

*fête toute la nuit, dodo sur le canapé, levé à 6h pour moi et Julien histoire de traverser la ville*

Dimanche 21 Avril

Cette fois en matinée ne sont prévus que Cyrielle, Julien et moi. Levés tôt, on prend le temps avec Julien de commencer par supprimer quelques défauts sur le moule à l’aide d’un cutter tout en faisant attention de ne pas abîmer le silicone qui serait irréparable maintenant sec. Le but étant qu’il soit bien propre pour la suite, on enlève donc les gros défauts qui pourraient gêner avec la résine par la suite. Les bordures en bois servant de délimitation pour le silicone sont ôtées. Cyrielle arrive en retard, son réveil n’ayant pas sonné, mais elle est là à temps pour commencer a suite du moulage.

On a à disposition cette fois-ci :

  • Les éternels pinceaux / spatules / bols.
  • Un seul bidon de 20Kg de résine polyester.
  • 500Gr de catalyseur.
  • Beaucoup de mat de verre (de la fibre de verre prise dans une base diluable dans la résine lui donnant l’aspect d’un tissus, plus facile à travailler).
  • Des tubes de métal pré-découpés à la grandeur nécessaire.
  • Des cales en bois.

Première couche, à trois c’est un peu plus compliqué pour s’en sortir entre verser, étaler au pinceau etc. mais tout marche bien. On étale une première couche de résine, l’odeur est très forte, on se rend mieux compte de l’utilité de nos masques. Je me dis que l’on aurait peut être dû commencer directement avec de la mat de verre, cette première couche avec seulement de la résine n’était pas forcément utile. On se perd un peu pour savoir où on a posé cette résine étant donné qu’elle est transparente.

IMG_0320

Sophie nous rejoint en cours de moulage, en quelques minutes elle est arnachée d’un masque, on a à peine le temps de se dire bonjour que je dois déjà la briefer sur la suite.

Capture d’écran 2013-05-07 à 19.43.29

On finit cette première couche avec des pinceaux durs comme de la pierre, cette fois-ci la résine sèchera beaucoup plus vite (environ 15 minutes) d’où le fait que l’on peut difficilement s’arrêter.

IMG_0351

Par la suite Yannick, Martin et Maya nous rejoindront pour cette deuxième partie.

IMG_0365

Deuxième couche, cette fois-ci on est bien plus, on peut s’offrir le luxe de demander à Martin de prendre quelques photos au lieu de jouer avec tous les gadgets qui se trouvent dans ma chambre. On découpe donc la mat de verre nécessaire afin de recouvrir l’entièreté du moule et on commence à l’appliquer. Difficile cette fois, étant donné tous les coins et recoins de la porte, on doit sans arrêt couper dans la mat de verre tout en l’appliquant pour éviter qu’elle ne fasse des plis. Je peux dire, maintenant que l’on a fait un premier essai de tirage, que l’on a carrément noyé la mat de verre dans la résine, ce qui nous donnait souvent de gros paquets de fibre. La prochaine fois on tamponnera bien le tout, ça bouffera moins de résine parce que là c’était carrément du gâchis et ça a rendu le moule plus fragile. Mais malgré ça il se porte à merveille.

IMG_0338

Cette couche terminée, on reçoit la visite de Benjamin et de son colocataire, ils passent juste dire bonjour et Benjamin en profite pour me dire que Clément et Thibault nous feront faux bond pour cette fin de moulage.

IMG_0332

La cadence est rapide, on enchaine sur une troisième couche, la même que celle d’avant, et dés qu’elle commence à sécher j’en profite pour insérer des cales en bois piégées un peu de mat afin de surélever les côtés qui accueilleront les tubes par la suite.

Cette couche terminée il faut déposer les tubes sur la pièces. C’est plutôt compliqué car elle n’est pas totalement plate et il y a le négatif des clefs de registre partout. Tout en faisant ça, étant donné qu’il est déjà tard, chacun prend le temps de manger son repas de midi tour à tour, ça permet aussi de faire une pose et de ne plus respirer l’air saturé de vapeurs de résine.

IMG_0368

On ajoute les tubes perpendiculaires. Au départ on voulait les forcer contre le moule car il n’est pas plat comme dit plus haut, mais j’avais trop peur que ça ne déforme le moule, j’ai donc préféré que les tubes soient moins proches les uns des autres plutôt que le moule soit déformé.

Julien et mois semblons étrangement bien nous en sortir avec nos quelques trois heures de sommeil. On a pourtant pas eu le temps pour une sieste pendant la journée. Les gens s’en vont petit à petit pendant que le moule terminé sèche enfin. Pendant que les uns se reposent, les autres regardent des sketches sur internet. Julien repart direction la gare, il dormira durant tout le trajet, il a l’air très content de ce qu’il a réalisé à trouvé que les Suisses, c’était quand même des gens bien sympas.

On préfère laisser complètement reposer le moule avant le démoulage, on ne le fera donc pas ce jour là.

Mardi 23 Avril

Je profite de ma soirée pour retourner à Genève car de l’avis de mon père, le moule est bien sec, on peut donc procéder au démoulage.

Arrivé sur place, je contacte Maya qui habite en face pour avoir un peu d’aide, le moule étant tellement grand, c’est mieux d’être 3-4 pour s’occuper de ça.

On pensait pouvoir le faire en 30 minutes, ça nous aura prit bien deux heures. Alors pourquoi ? Le silicone n’était pas tout à fait sec au moment de passer la résine. On m’avait dit que l’agent de démoulage n’était pas nécessaire, mais pour le coup ça aurait aidé.

Capture d’écran 2013-05-08 à 13.44.18

Voila donc qu’on essaie de soulever la résine qui craque de toutes part, on a peur. On prend donc le temps de dévisser les caches en bois servant à fermer la pièce avant le moulage et le moule se décolle donc de la table. Mais impossible de détacher la résine du silicone. On tire de partout, on essaie de mettre un peu d’air entre les deux parties, mais rien à faire. C’est donc à quatre que l’on a retourné tout le moule pendant que la table s’effondrait dans le peu de place qui restant encore dans ma chambre. Le voici parterre et on tire à nouveau, rien à faire. On le retourne, on le met sur des tréteaux, on tire, on le retourne. De la fibre de verre plantée dans les bras on se dit que l’on va abandonner. Mais un coin se décolle, on prévoit donc un système de cale pour détacher petit à petit le silicone de son moule mais sans trop appuyer pour éviter d’abîmer soit le moule soit la pièce. On sort à la fois la pièce du moule en silicone et le silicone de la résine, on finit par arriver à quelque chose mais on a plus de patience, alors on prend une bonne respiration et tout tranquillement on finit par dégager le tout, enfin !

IMG_0399IMG_0402

IMG_0401IMG_0388

Et là dodo parce que plein de fatigue et très tard.

C’est un très beau moule que l’on avait donc sous les yeux, magnifique ! Je félicite toutes les personnes qui ont participé à ce très gros moulage et je les remercie du temps qu’ils ont donné pour ça. Pour ceux qui sont dans l’association ils obtiennent donc le statut de membre actif, pour les autres ils peuvent s’inscrire et le recevront automatiquement.

Vivement la suite !

Si vous voulez un résumé, n’hésitez pas à télécharger le rapport de moulage, avec ce qu’il ne faut pas faire et ce à quoi il faut penser : http://www.mediafire.com/view/?ro49mx4lwjjqo3d

Une petite vidéo d’exemple d’un moulage semblable : http://www.youtube.com/watch?v=zKTjqeQMEhU&list=PLE8537A795B7B0531

Depuis le moulage nous avons pris un week-end pour tester un premier tirage, cette fois-ci le tirage est en résine et mat de verre, il nécessite donc du catalyseur. Toutefois la première couche du tirage est en Gel Coat. C’est une résine plus dure dans laquelle nous avons mélangé une base noire car la couche de fond de la porte est effectivement noire.

247184_10200974286458741_429502701_n

Extirpé de son moule le tirage est très beau malgré quelques défauts faciles à rattraper et invisibles de loin.

922077_10200977756985502_1955122557_o

Voila, dimanche prochain c’est un tirage complet que nous réaliserons, espérons que tout se passera bien !
J’espère aussi que cet article aura été intéressant. En attendant n’hésitez pas à faire des commentaires, à nous contacter, a critiquer… on veut vous entendre !

Et bon appétit bien sûr !

Moulage Backpanel (Partie 1)

Ce n’est pas exactement la première partie, il y a pas mal de travail fait en amont qui vous sera dévoilé par la suite.

Ici nous coulons des « clefs de registre » qui serviront au moule en silicone à bien se placer dans sa coque en résine.

IMG_5619 IMG_5621 IMG_5676 IMG_5624 IMG_5625 IMG_5627IMG_5638 IMG_5644 IMG_5647 IMG_5654IMG_5665 IMG_5670 IMG_5671

Toutes ces demi-sphères seront posées pendant la moulage et incorporées dans le silicone. Elles sont gardées bien propres pour adhérer au mieux et ne pas créer de bulles.

Pour ce moulage nous en avons produit 78.