Comic Con 2013 – 4 au 7 Juillet 2013

Comic Con 2013…il m’aura fallu presque trois mois pour vous en parler.

Mes symptômes ont à présent disparu : traits tirés par le manque de sommeil, yeux brûlés par le rose, le doré, le bleu et le vert pâle, libido traumatisée par des personnages manga au faciès de 12 ans mais à la poitrine plus grosse que leur tête, oreilles sifflantes d’un brouhaha continu en fond sonore mélangeant…tout et n’importe quoi.

Nan, mais c’était pas si horrible quand même ! Laissez-moi vous raconter depuis le début.

Cette année, on était plus en avance pour la Comic con. Moins de stress. Presque.

Faut dire qu’on avait tous commencé à bosser dessus au moins 3 moins avant. Sauf Quentin parce qu’il s’arrête jamais, on a même peur pour sa santé parfois.

La veille du départ, Benjamin et moi-même nous nous sommes donné rendez-vous à Choulex pour aménager et charger la voiture de Sophie (la maman de Quentin).

Le but initial était de mettre des barres sur le toit afin d’y fixer les backpanels, le moule en silicone et la chape de résine enroulés dans une bâche. C’était un peu optimiste ! Après un coup d’œil sur les mille trucs à prendre, on a décidé de ne pas garder la chape en résine, trop dangereuse, cassante, lourde, moche et inutile. Le moule en silicone suffisait.

(Note technique Quentin : C’est pas bien de ne prendre que la peau en silicone, ça l’abîme, l’étire, la casse, etc. donc je vous conseille de toujours la remettre dans votre chape pour stocker votre moule et ce dèsque vous avez extrait un tirage.)

Un premier problème est survenu : la voiture de Sophie étant un modèle spécifique, les barres pour toit de voiture de Benjamin ne pouvaient pas être mises dessus. Du fait que c’est aussi un ancien modèle (ça va vite dans l’auto-mobile), trouver les barres correspondantes aurait été trop compliqué.

Bon…

Alors on a essayé de mettre les pièces dans la voiture. Résultat : le coffre ne fermait pas, les passagers auraient été littéralement pliés en deux et le conducteur risquait de se faire égorger à chaque virage ou s’il freinait trop fort.

Il fallait trouver une autre solution…

Heureusement, la gentille voisine nous a sauvé en nous prêtant sa grande voiture. Les pièces rentraient, chacun avait un bout de siège sous les fesses et on pouviat encore caser plein de choses. Enfin, pas tant que ça, mais Benjamin étant très fort à Tetris, alors ça marchait.

Les derniers trucs à faire ont été liquidés à 2h du matin, puis on a dormi tout juste 5h de temps.

Grand départ le lendemain fixé à 9h, on a presque été dans les temps en partant à 9h45. Tout tienait dans la voiture, j’ai juste eu les genoux repliés sous le menton pendant tout le trajet (ou alors les pieds sur l’appui-tête du conducteur), mais ça aurait pu être pire.

Passage au Leclerc d’Annemasse où on a pris de quoi survivre pour la route (saucissons, pain, fromages, coca, fanta, biscuits), dont du cidre (que seul Quentin a réussi à boire à 10h30 du matin). Autoroute, tournus de conducteur, pauses, arrêt pipi, pique-nique.

Puis ce fut la France profonde : le bonheur de la périphérie de Paris, des travaux avec des indications pas logiques, des conducteurs qui font des trucs bizarres, les conducteurs étiquetés d’un A, les gens qui roulent n’importe comment, les ornières de l’année passée qui se sont agrandies, des panneaux jaunes indiquant des trous en formation (mais est-ce qu’ils vont rester là où est-ce qu’ils seront un jour réparés… ou complètement formés du coup ??) et on arrive dans le parking exposants.

Installation du stand avec quelques problèmes techniques d’arrangement puisque la Comic Con nous a annoncé 1 semaine avant notre départ que nous allions perdre 2m carrés de stand ainsi que des tables, qu’on aurait pas de place de parking et pas de défraiements et qu’accepter des dons directement sur place nous était interdit. Voilà… mais on s’adapte et tout s’arrange avec la motivation et les idées de chacun.

     

Guillaume (Bar’zat) nous a accueillipour dormir dans sa magnifique et immense maison au sud de Paris. De hauts plafonds aux poutres apparentes, une caverne d’Ali Baba, des livres et des instruments de musique partout (on a passé une très belle soirée en leur compagnie d’ailleurs), des portes dans tous les recoins, mille objets de toutes sortes, coussins, fauteuils, escaliers et mezzanine. Un vrai manoir ! Il ne manquerait que des tours !

Et un jardin sauvage, moussu, vert, profond, pleins d’arbres. Aucun de nous ne s’attendait à un tel calme et autant de verdure au cœur de Paris. On a rencontré ses parents et son chien. Il nous a amèné en voiture dans le village et nous avons mangé italien-arméniens. Entrée, plats, dessert, boissons, ça nous est revienu à un prix dérisoire contrairement au même repas en Suisse, C’était excellent ! On est rentre épuisés et repus, installation pour dormir dans une grande pièce avec plein de matelas. Sommeil de plomb pour la plupart d’entre nous, mais le réveil de 6h a fait très mal.

RER, métro, petit déjeuner, on a installe le stand avec les derniers trucs et c’est parti pour une première journée. Guillaume nous a rejoint dans l’après-midi, on a tourné entre ceux qui restaient sur le stand et ceux qui allaient se balader dans l’expo. On est rentré le soir tous ensemble en métro, courses, méga pâtes au saumon et yaourts. Pendant que je prenais un douche, Guillaume a montré ses instruments de musique et on a entendu un concert improvisé dans toute la maison. La musique adoucit les mœurs, dit-on, mais ne donne pas plus de sommeil. On a dormir tout juste 5h de temps, et rebelote : lever à 6h, RER et nos premières fraudes sans ticket (oulala). L’avantage quand même de se lever si tôt, c’est qu’on peut s’asseoir dans le RER et le métro pour Villepinte.

Et notre fin de semaine comic-conaise s’est déroulé ainsi chaque jour jusqu’à dimanche où on a rechargé toute la voiture pour rentrer sur Genève.

Tirés rien que pour vous du guide du routard hors série :

« La Japan expo & Comic Con en exposant-survivor »

Indication n°1: la salade de patates avec du maquereau et du fromage de chèvre fait monter l’haleine en niveau 9 sur une échelle de 1 à 5. Alerte rouge si vous devez parler et répondre à des gens, très près à cause du bruit.

Indication n°2 : acheter des sushis à la Japan est moins cher d’un point de vue rapport qualité/quantité/prix. A éviter : le sandwiche pré-cuit à la garniture presque inexistante (taille : un tier de baguette) à 5.90 euro. Notez qu’on trouve aussi des sandwichs dits « Lara Croft » baptisés ainsi par Jicé et ses potes par leur forme triangulaire qui rappelle ses… dans les premières sorties du jeu.

Indication n°3 : le fait d’être un grand groupe permet de faire des tournus* « mini-grasse-matinée » pour ainsi diminuer la fatigue.

*mot suisse signifiant faire qqch à tour de rôle, rotation de tâches, des fonctions.

Indication n°4 : cacher un tapis de sol et un oreiller sous une des tables d’exposant permet à la fois de dormir (jusqu’à 1h30 de temps), se reposer, regarder les pieds des gens sans qu’ils le sachent, se marrer tout seul. Vous n’aviez pas remarqué hein ?

Autrement, nous retiendrons :

1) La maison de l’horreur juste en face de notre stand avec des filles qui hurlent en continu chaque 5-10 minutes (vive l’effet de groupe). Et cela durant quatre jours, s’il-vous-plaît ! Ça s’appelle pas la maison de l’horreur pour rien : on est pas rentré dedans, mais qu’est-ce que c’était l’horreur ! D’ailleurs les zombies qui passaient devant faisaient fuir les gens qui n’avaient pas le temps de s’arrêter à notre stand.

2) Des jolis sorties comme :

– Bonjour, on cherche le chevron transparent de la porte !

Ou comme :

Un gars: Mais ouais, c’est le truc de Star Trek, t’sais c’est Star Wars, mec.
(A nous sur le stand) C’est fait en quoi ?

Nous: En résine.

Le gars: En résine d’arbre ?

Nous: Non, de la résine industrielle, synthétique.

Le gars: De la résine d’arbre ?

Quentin: Non, c’est un polymère.

Le gras: …ah ok…ah ouais…je vois..

(off) Quentin: Et là, j’utilise un mot savant pour te clouer le bec.

3) Des gens heureux, curieux, émus, un livre d’or rempli sur 7 pages, 5 nouveaux membres à l’association et des promesses de dons de 5 à 20 euros.

Un titanesque merci à Braz’at pour nous avoir hébergé, aidé, soutenu, simplifié la vie à beaucoup de moment, cuisiné, apporté le repas de midi (pour ne pas faire un overdose de sandwiches) et prêté plein de props pour mettre sur le stand, dont Fred le symbiote ! Merci !

Un merci énorme à Julien pour être parti 24h à la Comic Con de Londres (LFCC – London Film & Comic Con), d’avoir posé avec les stars, parlé de notre projet, fait signé notre Book Guests de soutien, et prêté ses props perso pour le stand !

Merci à Bertrand pour sa vidéo dont on ne se lasse pas !

Merci à notre jeune troupe d’explorateurs qui ont eu le courage de prendre contact avec nous via Facebook, de se lever le matin et d’être présents pour présenter le projet au publique. Ça et la bonne ambiance et des discussions des plus intéressantes.

Ou simplement nous dire bonjour : Adélie, Barbara, Martin.

Merci à la team motivée et optimiste de Genève sans qui beaucoup de choses n’aurait pas été possible : Yannick, Benjamin, Fabien, Jicé.

Et nous on vous salue bien bas et on espère vous revoir nombreux si on pardonne à la CC son comportement pour l’année prochaine. 😉

En attendant nous serons à Toulon les 26 et 27 Octobre 2013 pour le salon T’imagin !

Publicités

Une réflexion sur “Comic Con 2013 – 4 au 7 Juillet 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s